Archive pour février, 2011

Chez le commandant Lamartine

Posted in Au pas on 16 février 2011 by colonelbraguette

C’est credi. Et credi, le colonel Braguette passe en revue la caserne du commandant Lamartine (et non pas celle du Sergent Blandan, qui est infrichable : « pouah, une vraie horreur », dira le colonel.)

 

Les peintres de l’armée de Terre ont déjà entrepris le dur labeur de recouvrir de leurs vanités , les murs suintants de la bonneterie.

 

Le vent y souffle déjà.

 

 

On y parle les langues d’Afrique occidentale,

 

 

et le créole haïtien façon Jean-Michel.

 

 

On y voit trouble encore.

 

 

Les langues de feu y côtoient les jeux de bois.

 

 

C’est déjà ça.
Il faudra vous y plier : pas de médaille cette année.
Moins cher que les pin’s, au stickers vous êtes condamnés !

 

 

 

Publicités

Chez l’Amiral Boutonnière

Posted in Au pas on 13 février 2011 by colonelbraguette

 

C’est dimanche, Le colonel Braguette est reçu aujourd’hui chez l’amiral Boutonnière.

 

1propre.free.fr/

 

 

C’est pas mal, non?

 

 

Qui osera encore dire que les anciens militaires français se reconvertissent mal en plasticiens de bon goût?

Petit roi

Posted in Coups de théâtre on 11 février 2011 by colonelbraguette

Avec Kelvin Drude, CriCri, CraCra, et l’assemblée.


KELVIN DRUDE, arrivant en courant près du bord de la scène. Entrée fracassante : Il porte un manteau violet et jaune ridicule, et a des gestes stupides, des tiques. Il regarde au loin, fronce les sourcils, puis s’exclame en se retournant : – C’est lui!  L’enfant roi.

KELVIN DRUDE, à l’assemblée : – Dites-leur que c’est lui.

Il pointe son doigt au loin : – C’est ça, lui!

L’assemblée s’éloigne, restent CRICRI et CRACRA, deux loqueteux.

KELVIN DRUDE, à l’assemblée, regardant à nouveau au loin : – Dites-leur de venir bien vite. TOUS!

KELVIN DRUDE, à voix haute : – Bientôt mon petit roi de rien du tout, tout sera fini, ta petite forteresse de chair va se répandre en une mer bavante et délicieuse. Je sens déjà ta mort, petit roi! C’est bien toi, oui toi qui dois…

CRICRI et CRACRA, d’une seule voix : – Qui doit quoi ?

CRICRI , pointant du doigt au loin : – Celui qui doit être le coupable,  lui.

CRACRA : – Nous regardions ailleurs mais il était là, toujours, cet enfant silencieux.

KELVIN DRUDE, à CraCra : – Qu’est-ce qu’il y a mon beau…Tu te sens coupable, c’est ça?

CRACRA, geignant : – Ouiouioui, c’est beeeein voui!

KELVIN DRUDE, s’agitant : – Tuez-le, tuez!
Il a tout entendu le petit roi, il a tout vu de ses yeux neufs.

CRICRI : – Et il n’a rien dit, ma foi.

CRACRA : – Et alors ?!

CRICRI : – Il va mourir,  mais il ne le sait pas encore…

CRACRA : – Teuh! Il l’a toujours su!

KELVIN DRUDE, trépignant : – Attrappez-le!

Un temps.

KELVIN DRUDE, sûr de lui : – Il va se laisser faire…

Un temps. Un petit bruit de clochettes signale un changement.

KELVIN DRUDE, trépignant de rage : – Non! Il disparaît…

KELVIN DRUDE, se met à hurler : – C’est trop facile! Cherchez le! Faites-le sortir…
ALLEZ, SORS, PETITE PUTE! ALLEZ!
SALETÉ DE PURETÉ DE CHIENNE CHIENNE CHIENNE!

Un temps.

KELVIN DRUDE, Tout doucement, puis très fort : Petit chien des petits choux aux petits pois et petits choix des petits rois de RIEN DU TOUT!

Un temps.

KELVIN DRUDE, agenouillé, avec une tout petit voix, decrescendo :

Où?

es?

tu?

Un temps.


KELVIN DRUDE : – Et voilà.

Encore râté.

Il s’effondre sur lui-même.

Rideau.


Hiii…

Posted in Au pas on 11 février 2011 by colonelbraguette

Blanche de près

Posted in Au pas on 11 février 2011 by colonelbraguette

Les voici, les photos tant attendues de Blanche.
C’est beau, me direz-vous.
Mais pas seulement, c’est aussi le résultat de milliers de mails reçus d’admirateurs insatisfaits. La voici, pour vous, là, maintenant.

 

Mûre, bien plantée, vivante. Une cathédrale de chair.

Ses jeunes rides lui demanderaient presque de parler de sa vie, aux amants qu’elle rencontre, aux regards choisis, aux orages, aux épaves d’or.

Sa vie c’est cette ligne blanche qui la pare jusqu’au creux de ses reins, et tranche son ventre rouge et puissant. C’est le corset de son âme, et son tambour battant. Elle est vigilance victorieuse. Une lutte toute consciente, contre le drame qui la prend du dedans et s’avoue vaincu dehors.

Reine fleur ignorée des costards, elle a retourné sa veste, révélant à l’air, libre, sa couleur rouge roi.

Au delà, c’est la graine qui explose comme un cri
aux éclats et jaillit d’un cabaret d’amour,
branchée en direct au coeurs en haut débit
Elle pirate l’espace  sans voeux et sans détours.

Fertile et rutilante comme une Rolls, la vénus blanche a tiré la sonnette d’alarme. Et elle est rouge.

Réclame

Posted in Au pas on 10 février 2011 by colonelbraguette

En arrivant à Panabarbibo

Posted in Au pas, Poe&Zie on 9 février 2011 by colonelbraguette

La lune s’était mouvementée, & les croissants déjà chauds dans le ciel, illuminaient la lagune de leurs reflets d’argent. L’espace d’un instant, leurs faces détergentes apparurent sous un jour meilleur.
On aurait dit alors que chacun était beau.
C’était la barbe, le voyage,
c’était l’ennui, l’attente,
mais ce soir là , la mer luit pour de bon
à Panabarbibo.